La prothèse myoélectrique du membre supérieur

.

La prothèse myoélectrique offre une autonomie et une gamme de gestes différents bien plus importantes que les prothèses cosmétiques et mécaniques.

La prothèse utilise l’énergie produite par un muscle lors de la phase de contraction grâce à un système d’électrodes (environ 2) placés sur les points moteur du moignon. Le signal myoélectrique, une fois capté par les électrodes et amplifié, est transmis au microprocesseur qui le traduit en mouvement tel que les gestes pinces : ouvrir, saisir, fermer la main. Certaines peuvent aussi effectuer une rotation ou bouger individuellement les doigts. Les éléctrodes sont au contact de la peau et dans l’emboiture. Ainsi aucun acte chirurgical n’est nécessaire.

En fait le principe même d’une prothèse myoélectrique est  « naturel » puisqu’il utilise le message nerveux du cerveau humain qui ordonne au muscle du moignon de se contracter.

La prothèse est munie de batteries au Lithium rechargeables pour permettre une autonomie jusqu’à trois jours mais cela varie en fonction de l’activité d’utilisation du porteur.

Elle peut être recouverte d’un gant en silicone ou PVC contre l’effet « robot ».

Les différents matériaux qui composent cette prothèse  sont compatibles avec la peau et sans danger. On compte notamment : Fibre de carbone, alliage de titane, acier inoxydable, gomme de silicone

Contrairement à sa cousine cosmétique ou mécanique, la prothèse myoélectrique est plus lourde. Elle reste cependant plus confortable que la prothèse mécanique car elle ne se matient pas à l’aide d’un harnais autour de l’épaule.

La prothèse myoélectrique peut se porter dès 18 mois. L’appareillage sera moins complexe pour un enfant que pour un adulte. Il n’existe pas de limite d’âge et les contre indications sont très rares.

Après l’installation, et en fonction de votre situation, vous êtes accompagné par un kinésithérapeute, un ergothérapeute et votre prothèsiste pour vous entrainer à manipuler votre prothèse. Il existe aussi un entrainement de pré-installation. Les exercices ont pour objectif  de  rendre la prothèse intuitive en oubliant de penser le mouvement : « ouvrir » et  « fermer ». La prothèse devient donc une partie intégrante de votre corps .